Notre Jubilé

Compte rendu des festivités des 8 et 9 octobre 2005

Dès ce vendredi 7 Octobre après-midi les espaces du Casino Grand Cercle qui nous étaient réservés bourdonnaient d’une certaine activité, prémices de l’importante installation que notre Compagnie allait réaliser pour fêter en grandes pompes son Cinquantenaire. Grâce à la présence ininterrompue et à la qualité des relations de notre équipe d’Aix-les-Bains, tant avec les responsables de la Ville qu’avec ceux du Casino, les « sueurs froides »des heures précédentes allaient enfin disparaître ! Effectivement, les premières oeuvres artistiques arrivées prenaient provisoirement place, les vitrines d’exposition se garnissaient et l’on attendait avec impatience samedi matin pour compléter ce qui avait déjà fière allure suscitant curiosité et questions des badauds. Par ailleurs, dans le Salon Mauresque, situé au niveau inférieur, Michel Falcoz et son équipe procédaient à l’installation d’une rétrospective photographique sur le thème de la « Savoie d’il y a 50 ans ». Vers 20h notre Equipe se dispersait pour soit prendre un peu de repos bien mérité, soit pour compléter en d’autres lieux des actions nécessaires au lendemain.

 

jubile du SartoEt…samedi matin nous nous retrouvions pour la mise en place ultime : notre Stand du Sarto avait belle allure avec nos mannequins costumés, les très originales présentations de nos divers Habits réalisées avec art par Michel Maury, et la carte d’implantation de nos Portiques réalisée par Michel Falcoz, nos prospectus d’information partant déjà comme des petits pains, notre Vitrine des différents attributs sartoriens réalisée avec beaucoup de goût par notre Grand Intendant, Jacky Faguet, et que dire de notre Stand du Terroir sur lequel Raymond Chaix, Marie-Thé et toute leur équipe s’affairaient pour en faire une réalisation des plus artistiquement gourmandes. Pendant ce temps, d’autres Compagnons de Portiques arrivés très tôt procédaient à l’installation de leurs créations toutes dignes d’intérêt.

A partir de 14h les Compagnons entraient par vagues successives, admirant les diverses expositions. Nos Compagnons arrivés par autocar faisaient un joyeux brouhaha en complétant à leur tour les panneaux d’exposition qui leur étaient réservés. Mais, tous nous avons été en admiration devant les quelques oeuvres exposées de Cyril Constantin, aimablement prêtées pour l’occasion par Mme Despinette, Fille de l’artiste, mais aussi devant cette magnifique vitrine dans laquelle reposaient dans leurs écrins les reproductions de grande qualité des « Bijoux des Reines d’Italie » que notre Compagnon Maria-Luisa Tibone avait pris l’énorme responsabilité de nous apporter en mains propres. Une vitrine, consacrée en grande partie à des souvenirs d’Ernest Luguet dont en particulier le « Livre Initial » contenant ses notes manuscrites relatant les prémices et débuts du SARTO fut l’objet d’une attention très particulière de tous les Sartoriens intéressés par les origines de notre Compagnie. Ce document nous avait été confié pour la circonstance par Monsieur André Béard, Sartorien de la Première heure que nous devons très chaudement remercier pour ce geste.

Il est difficile de revenir sur chaque point d’intérêt de notre exposition mais une grande et juste fierté rayonnait sur les visages de nos Compagnons exposants et au nom de toute la Compagnie du SARTO je leur dis un grand merci et leur exprime ma reconnaissance pour l’image qu’ils ont su donner de notre Association.

jubile du Sarto 2005Mais le début de notre grande FRAIRIE était imminent … nos 550 participants allaient prendre place dans cette magnifique salle du Théâtre du Casino, nos Dignitaires étant évidemment regroupés sur la scène. A mes côtés se trouvait notre Compagnon Dignitaire Christian Piffeteau qui, en sa qualité d’Adjoint au Maire d’Aix-les-Bains et de Major-Prime du Portique, prononça avec force et conviction les paroles de Bienvenue tant de la part de M. le Député-Maire, dont la présence était quelque peu retardée, que du Portique d’Aix qu’il gère de brillante façon. Je ferai ici une parenthèse pour exprimer une fois encore toute ma reconnaissance à Christian qui, malgré d’énormes problèmes personnels, s’est investi à fond pour la réussite de notre Manifestation. C’est avec beaucoup d’émotion qu’à mon tour je prenais la parole et déclarais « ouverte » cette Frairie du CINQUANTENAIRE. Je rappelais alors les circonstances de la création de notre Compagnie, évoquant ses trois Pères-Fondateurs : Ernest Luguet, Paul Chemin et Cyril Constantin . Ce fut peut-être un peu long pour certains mais il était indispensable de se pencher sur ce passé lointain qui nous permettait d’être ce 8 Octobre 2005 réunis si nombreux dans un esprit de communion de l’Amitié. Les nombreuses intronisations auxquelles j’ai eu le grand honneur de procéder, les élévations au Dignitariat si bien méritées, et enfin les attributions de Coeurs d’Or dont il est inutile de rappeler le sens profond, sont autant de marques de la qualité, de la solidité et de la pérennité de notre SARTO.

Le déroulement de notre Cérémonie s’effectua au son des Cuivres de l’Orchestre du Conservatoire d’Aix-les-Bains dirigé magistralement par Marc Lefebvre et pour terminer la Chorale de la Pierre qui Chante interpréta avec beaucoup de brio des oeuvres, pas toujours faciles mais tellement intéressantes de par leur découverte, de l’un de nos Pères fondateurs, Ernest Luguet. Comme il se doit lors de toute Frairie, le Vin blanc fut servi avec modération au titre du Baptême traditionnel de tout nouveau Sartorien, Dignitaire ou Coeur d’Or. Il nous fut alors possible de saluer la présence de M. le Député Maire Dominique DORD auquel j’exprime de nouveau ma reconnaissance pour avoir mis gracieusement à notre disposition le Théâtre du Casino et son foyer.

sarto-aix-les-bainsLa Ville d’Aix-les-Bains ayant été l’un des deux Sites de la naissance de la Compagnie du SARTO il y a donc 50 ans, la Chancellerie dans son ensemble avait approuvé l’idée de marquer notre Jubilé par la pose d’une Stèle dans le Parc de Verdure, proche des anciens Thermes. Cette action étant prévue dès la clôture de la Frairie c’est dans un bel ensemble que, suivant les indications verbales données, la totalité des Participants, Dignitaires en tête comme il se doit, se rendit à pied du Casino au Parc, longue et insolite chenille processionnaire arrêtant sur son passage véhicules et piétons, pour assister à l’inauguration de cette stèle de toute beauté et à la plantation symbolique d’un plan de Mondeuse (fourni par notre fidèle et dévoué Compagnon-vigneron Marc Vullien), travail exécuté dans la bonne humeur par notre Député-Maireet votre Grand Chancelier.

…et le cortège reprit son chemin vers le bâtiment des Anciens Thermes, traversant ce Parc si magnifiquement fleuri, où nous attendait l’apéritif offert par la Ville mais surtout la mystérieuse surprise annoncée au cours de la Frairie : nous avions émis le Voeu en Chancellerie de marquer notre action-sociale-sartoJubilé par une action sociale correspondant à l’esprit d’entraide du SARTO. La connaissance tout à fait fortuite de l’action d’une association dénommée HANDI’CHIENS stimula notre curiosité et c’est après quelques contacts téléphoniques et déplacements en région lyonnaise que nous avons été persuadés que le bon choix était fait. Pour ceux d’entre vous qui n’ont pas tout à fait saisi le but de Handi’Chiens je rappelle qu’il s’agit d’offrir à des personnes, adultes ou enfants même très jeunes, un chien d’assistance capable d’exécuter 50 ordres donnés par son maître. et lui apportant beaucoup d’affection pour transformer sa vie. Ce Samedi 8 Octobre 2005 le SARTO a fait un Don très important en offrant à Ancelin, enfant de 7 ans handicapé par une maladie génétique, un chien d’éveil et d’aide à la vie courante, don qui a couvert les frais d’élevage et de dressage. Notre chèque ayant été remis ce même soir, Ancelin a pu sans tarder et accompagné de sa Maman participer aux séances d’adaptation maître/animal – animal/maître. Je dois préciser que ce stage s’est très bien déroulé et que j’ai eu le grand bonheur d’assister le vendredi 28 Octobre, dans les Salons de l’Hôtel de Ville de Lyon, à la remise officielle du chien golden-retriever nommé Urfa à notre petit Ancelin, enfant du SARTO, dont nous suivrons bien entendu les progrès. Notre Compagnon aixois, Michel Maury, qui nous accompagnait, Marie-Louise et moi, à cette bouleversante cérémonie d’attribution de chiens tant à des adultes qu’à des enfants, sera en compagnie d’Annie Davat le pivot de ce contact. La photo ci-contre prouve déjà l’affection qui unit l’enfant et le chien. Je précise que ce don si important a été rendu possible grâce à l'ensemble de nos cotisations ainsi qu'à la saine gestion de notre trésorerie améliorée par l'instauration de notre communication interne : la création du LIEN.

Le retour vers le Casino se fit ensuite librement, permettant à chacun de profiter de l’exposition organisée dans le Foyer. C’est à ce moment que l’on procéda aux contrôles d’inscriptions sous la houlette de notre Grand Argenntier Roland COVAREL, et que nos participants se virent remettre une pochette marquée au sigle du SARTO et contenant l’ouvrage d’Ernest Luguet, « Fanfiournes et Pimprenelles », dont Monsieur André Béard, qu'il en soit de nouveau remercié, nous avait fait généreusement cadeau en plus de 500 exemplaires. Ainsi chacun reprit avec un véritable souvenir historique, cet ouvrage n'étant pas disponible à la vente.

 Mon compte rendu ne serait pas complet si je n’évoquais pas l’ambiance de notre Soirée de Gala dont l’ouverture fut assurée par la prestation de la Chorale de la Vigilance Alpe-Dauphiné. Outre le décor fabuleux des Salons du Casino Grand Cercle, l’excellent repas servi dans les règles, les vins et pétillant de si grande qualité de notre ami, Marc Vullien, l’Orchestre Bambino remarquable aussi, mon bonheur était grand d’avoir pu obtenir de mon cousin et filleul, François-René Duchable, qu’il nous réserve, malgré un agenda très chargé, cette soirée au cours de laquelle il nous donna gracieusement le bonheur de l’entendre, plaisir encore accentué par la présence de Vérène Andronikos à la voix
magnifique ent troublante.

 La nuit fut courte mais beaucoup d'entre nous étaient encore présents dce Dimanche matin pour participer aux commémorations du cinquantenaire du SARTO sur le second territoire de sa création. Michel FALCOZ et son Equipe nous avaient organisé une réception à Chambéry dans les Salons du Château de Boigne, au cours de laquelle la Compagnie du SARTO remit des Cordons d’Honneur à certains Membres particulièrement méritants de cette Municipalité. Nous avons regretté l’absence de M. le Maire. Après le verre de l’amitié servi en ces lieux historiques nous avons repris la route direction Chignin où, dans l’environnement immédiat de la Salle des Fêtes (Clos Dénarié) la seconde Stèle du Jubilé du SARTO fut dévoilée par M. Michel RAVIER, Maire de Chignin, et moi-même, en présence de Bernadette Laclais, Vice-Présidente du Conseil Régional. Après les photos d’usage, notre cortège essaya de s’engouffrer dans la Salle des Fêtes où l’on procéda à la remise d’un Cordon d’Honneur à M. Ravier. Un apéritif-dégustation offert par les vignerons de Chignin vint fort opportunément étancher la soif de nos Compagnons car le soleil, comme la veille, était fidèle au rendez-vous et contribuait à nous inciter à la dégustation.

Et c’est ensuite dans les magnifiques salles à manger du Château des Comtes de Challes que nous nous sommes retrouvés au nombre encore exceptionnel de 350 convives pour le déjeuner d’adieu animé par une chanteuse accompagnée de son orgue de barbarie. Déjeuner également d’une grande qualité marquant la fin de ces deux journées de Fête qui resteront dans la mémoire de tous nos Compagnons sartoriens ayant eu la chance d'y participer.

Voir des Compagnons nous quitter le Samedi soir et le Dimanche après-midi, le sourire aux lèvres et la mine épanouie, de quelle meilleure récompense aurions-nous pu rêver pour conclure ces festivités du cinquante ans mais plus simplement l'année prochaine qui verra la reprise du cycle bien sympathique de nos Frairies.

Les Lampions sont éteints, la Fête est finie mais les souvenirs restent et nous garderons beaucoup de joie dans nos coeurs.

Gérard BASSI